Comment relancer pour un paiement ?

relancer pour un paiement

Des retards de paiements de la part de vos clients peuvent mettre en difficulté la trésorerie de votre entreprise. Comment procéder pour demander à ces clients récalcitrants d’honorer leurs dus sans toutefois les froisser ? Rassurez-vous plusieurs méthodes efficaces s’offrent à vous.

La relance téléphonique, la solution la plus facile

Il pourrait s’agir d’un simple oubli de la part de votre client. Un petit coup de téléphone peut donc suffire à régler ce problème. D’ailleurs, le contact direct avec votre client vous permet d’avoir un retour immédiat.

Évitez toutefois de retenir votre interlocuteur pendant longtemps. Lors de l’appel, soyez donc précis. Présentez-vous rapidement et rappelez le numéro de la facture qui n’est pas encore payée. Précisez ensuite la date à laquelle vous attendez le paiement. Ensuite, demandez à votre créancier comment il compte effectuer le règlement. En effet, le délai ne sera pas le même pour un chèque et un virement. N’hésitez pas à faire appel à l’empathie surtout si vous êtes une petite entreprise. Cela pourrait faire prendre conscience à votre client qu’il doit effectuer le règlement de ses impayés au plus vite.

Enfin, si vous constatez qu’un client est un mauvais payeur récurrent, il vaut mieux être plus prudent. Par exemple, n’acceptez que les paiements au comptant. Si ce premier contact n’a abouti à rien, passez à la lettre de relance. Vous en trouverez des modèles sur le site de ruby payeur.

L’envoi d’une lettre de relance, une autre option

Dans votre lettre de relance, ne braquez surtout pas votre créancier. Restez professionnel. Contentez-vous de lui demander le paiement de la facture. Parlez également de vos conditions générales de vente. La lettre de relances servira comme preuve si, plus tard, vous avez besoin d’entamer d’autres démarches. Par exemple, si cela se répète, il vous est possible de réclamer des pénalités pour les retards. Celles-ci sont encadrées par le Code de Commerce. Et elles vous sont dues dès le premier jour suivant la date de paiement convenu. C’est un moyen efficace pour faire réagir plus vite votre client.

Si suite à cette démarche, vous ne recevez encore rien, il est temps de passer à la lettre d’avertissement. Vous mentionnez dans celle-ci que, malgré les réclamations que vous avez faites, la facture n’est pas toujours réglée. Puis, vous y signalez que, si vous n’êtes crédité sous X jours, vous êtes dans l’obligation de recourir à l’intervention d’un avocat spécialisé ou d’un huissier pour le recouvrement des impayés. Pensez à envoyer la lettre en recommandée pour être certain que votre créancier l’a bien eu.  

La mise en demeure et la poursuite judiciaire

Si vos précédentes relances n’ont pas été suffisantes pour que votre client régularise sa situation, avant d’entamer une poursuite judiciaire, vous devez d’abord lui envoyer une lettre de mise en demeure. C’est la dernière chance que vous offrez à votre créancier de régler ses impayés. Comme il s’agit d’une pièce juridique, il vaut mieux faire appel à un avocat pour la rédiger et l’expédier. Mais, vous pouvez toutefois effectuer vous-même sa rédaction. Assurez-vous juste d’y faire apparaître les informations essentielles comme la mention « mise en demeure », la date butoir de paiement, date de l’envoi du courrier, l’adresse de votre client et celle de votre entreprise ainsi que le tribunal que vous allez saisir en cas d’absence de retour. Puis, signez la lettre.

Si vous n’obtenez toujours aucune réaction de la part de votre client, ce qui est en général rare, vous pouvez utiliser la manière forte. Portez l’affaire au tribunal en passant par un avocat. Vous pouvez également effectuer une injonction judiciaire. Cette procédure est, en général, la moins coûteuse.

 

 

Engager un avocat en droit social à Bordeaux
Le rôle de l’avocat dans les divorces